Processed with MOLDIV

Qu’est-ce que le CCCOD ?
C’est le Centre de Création Contemporaine Olivier Debré qui s’apprête à ouvrir à Tours (37) au printemps 2017.

Ce sont les architectes portugais Aires-Mateus qui ont remporté le concours pour la conception de cet étonnant bâtiment.
En plein centre ville, il prend place contre le pavillon conservé de l’ancienne Ecole des Beaux-Arts, construit en 1958. (L’actuelle Ecole des Beaux-Arts ayant pris possession des anciennes usines MAME de Tours, j’en parlais ici et ici.)

Avec une poignée de privilégiés, j’ai pu visiter ce futur centre d’art il y a quelques jours, en compagnie de son directeur historique, Alain Julien-Laferrière.
Car le CCC (Centre de Création Contemporaine) fait partie depuis 35 ans de la vie culturelle française. Ce CCCOD flambant neuf sera l’occasion de lui donner un rayonnement international.

Alors je vous emmène à la découverte de ce nouveau lieu, encore en plein préparatifs…


CCCOD-le-hall-d'entrée

Le hall est traversant et permet d’accéder au centre d’art depuis la rue commerçante toute proche, mais aussi depuis les futurs jardins en coeur d’îlot.

Un grand comptoir accueille le public et l’oriente : d’un côté la librairie spécialisée, l’entrée gratuite vers la grande nef puis les escaliers montant au café à l’étage.
De l’autre, l’accès payant à la galerie noire et à la galerie blanche.

CCC-OD-entrée
D’emblée, j’ai été séduite par les volumes épurés, le raffinement des détails et la lumière qui baigne les lieux. Vite, vite, la suite de la visite !


CCCOD-la-grande-nef
Cet immense volume est l’ancien pavillon d’entrée de l’Ecole des Beaux-Arts. Ici, les architectes ont choisi de restituer la pureté de l’espace en conservant la hauteur sous plafond de 11m.

CCC-OD-15

Très largement ouvert sur trois côtés, cet espace sera accessible gratuitement 24h/24 :
- en journée depuis le hall d’entrée,
- de nuit depuis l’extérieur où, grâce à une application sur smartphone, il sera possible de lire les QR-codes positionnés sur les immenses ouvertures vitrées afin de bénéficier de visites guidées virtuelles, à n’importe quel moment.
Cette grande nef est le coeur du CCCOD : visible depuis l’espace public, elle est ouverte à tous.
Ce sens de la gratuité et l’ouverture sur le monde sont des valeurs capitales et essentielles à l’identité du lieu.

Cet immense volume accueillera une oeuvre monumentale tous les quatre mois, commandée à un jeune artiste de la scène artistique contemporaine.
Le plafond, entièrement refait, pourra supporter un poids de 1,2 tonnes, exigence surprenante mais qui pourra permettre d’accueillir toutes sortes d’oeuvres.

Le lien entre ce pavillon conservé et le nouveau bâtiment se fait par des ouvertures permettant de dominer la nef.

CCC-OD-16
Ah, et j’allais oublier : vous avez remarqué ces gigantesques caisses au fond de la nef ?
Ce ne sont autre que des toiles d’Olivier Debré, dont certaines font jusqu’à 9 mètres de long, attendant patiemment de prendre place pour révéler leurs couleurs éclatantes.

CCC-OD-17

CCCOD-la-galerie-noire
Etrange nom, n’est-ce-pas ?
En concevant cette galerie plongée dans l’obscurité, le CCCOD répond à la demande de nombreux artistes utilisant la vidéo et le numérique comme support de création.
Des ouvertures ont toutefois été prévues, permettant d’apporter quelques touches de lumière naturelle si nécessaire, mais elles sont occultées par de grandes parois coulissantes.

L’espace semble épuré. Pour en saisir la complexité, il faut lever le nez vers ce plafond noir : hyper connecté, il concentre toute la technique nécessaire à l’accueil d’oeuvres expérimentales : accroches, branchements, supports, raccordements… Tout est rendu possible, en toute discrétion.

CCC-OD-09
Pour la petite histoire, les parois en bois qui fractionnent l’espace sont celles qui servent depuis plus de trente ans au Centre de Création Contemporaine. Extrêmement modulables, elles sont réutilisées ici, chargées de l’histoire des nombreuses oeuvres qu’elles ont pu accueillir, d’artistes comme Roman Opalka ou Tania Mouraud, entre nombreux autres.
Ah… Si ces murs pouvaient parler…

CCC-OD-07
J’en profite pour vous faire descendre au sous-sol, dans les coulisses du CCCOD, car c’est par ici que seront acheminées les oeuvres.
J’adore ce choix détonnant du jaune d’or, du sol au plafond.

CCC-OD-10

CCCOD-la-galerie-blanche
Après avoir déambulé dans l’obscurité au rez-de-chaussée, montons maintenant au premier étage pour découvrir la Galerie blanche.
Là encore, le CCCOD a souhaité offrir aux artistes ce qu’ils demandent : un vaste ‘white cube’, neutre et lumineux, écrin idéal à toute création.

CCC-OD-01
Alain Julien-Laferrière nous explique : « Pour le peintre Olivier Debré, la ligne droite symbolise la violence. Les architectes ont donc choisi ici de donner un coup de pied dans chacun des angles de cet espace, pour que les visiteurs ne puissent pas s’y heurter.
Il y ont ajouté une grande générosité : en périphérie et sur deux niveaux, des circulations permettent de déambuler tout autour des cimaises, devant, derrière, au-dessus… Il n’y a aucune impasse, tout est fluide, pur et lumineux. »

CCC-OD-18CCC-OD-05
A chaque changement de direction, de larges ouvertures offrent des points de vue inédits sur la ville.

CCC-OD-02

CCCOD-le-toit-terrasse
Nous quittons la Galerie blanche pour monter au second étage et rejoindre les ateliers et l’administration, qui seront fermés au public.

Mon oeil d’architecte a été attiré par des faisceaux lumineux provenant du plafond : ce sont en fait des ouvertures circulaires, créées pendant la construction de l’ancienne Ecole des Beaux-Arts en 1958 et redécouverts à l’occasion de l’édification du CCOD. Les architectes ont choisi de les conserver en les habillant d’une feuille d’inox brillant à l’intérieur. L’effet est bluffant : la lumière naturelle qui descend de ces cylindres est si intense qu’on jurerait des spots encastrés.

CCC-OD-13CCC-OD-14
Les bureaux, très largement ouverts, bénéficient d’un panorama à couper le souffle sur la ville : Cathédrale, Basilique, Eglise, bords de Loire… On peut tout embrasser d’un seul regard.

CCC-OD-06CCC-OD-11
A l’occasion de la Nuit des Musées, la toiture-terrasse (accessible mais pas ouverte au public) accueillera chaque année une oeuvre lumineuse créée spécialement pour le CCCOD.
Au fur et à mesure des années, ces totems s’accumuleront tout autour du bâtiment et formeront un signal poétique tourné vers la ville.


CCCOD-quand-visiter
C’est vrai, quoi ! On ne va jamais pouvoir attendre jusqu’en mars 2017 !!!
Rassurez-vous : pas plus tard que ce week-end, le CCCOD ouvre ses portes au public !
Aujourd’hui et demain, gratuitement, vous pourrez découvrir son architecture et la programmation exceptionnelle qui s’y prépare :
Vendredi 02 décembre 2016 – de 14h30 à 18h30
Samedi 03 décembre 2016 – de 14h30 à 18h30

Et profitez-en pour vous abonner : les cartes sont d’ores et déjà disponibles à la billetterie :)

CCC-OD-pass