La semaine dernière, j’ai profité de la météo estivale pour découvrir la 27e édition du Festival International des jardins de Chaumont-sur-Loire, tout près de chez moi.
Le thème de 2018 est plutôt intrigant : « Les jardins de la pensée »… Tout un programme !
J’avais hâte de voir de quelle manière les équipes retenues allaient se l’approprier et, franchement,  je n’ai pas été déçue.
Comme à chaque fois, des paysagistes, artistes et architectes venus du monde entier réussissent à nous embarquer dans leur univers végétal.

De plus, d’année en année, le domaine de Chaumont-sur-Loire s’enrichit d’oeuvres pérennes et de commandes spécifiques aux lieux, signées de noms prestigieux : Andy Goldsworthy, Patrick Dougherty, Andrea Branzi, Patrick Blanc, Mathieu Lehanneur… et j’en passe.

Ne vous fiez pas à mes photos (volées :D ) : il y avait une foule incroyable quand j’y suis allée.
J’y retournerai très certainement un jour en semaine afin d’éviter la foule, et en été cette fois-ci, pour profiter pleinement des floraisons qui étaient encore hésitantes début mai.
Je pourrai ainsi également me laisser happer par les oeuvres disposées dans les différentes dépendances du domaine (cour de ferme, écuries…) que je n’ai hélas pas eu le temps d’admirer.

Voici ma sélection, très subjective, des jardins et des oeuvres que j’ai préférés
Vous me suivez ?




LA POSSIBILITE D’UNE ÎLE
Ulli HECKMANN, architecte (Allemagne)

Un arbre au feuillage rouge et son reflet, perdus au beau milieu d’une étendue d’eau lisse comme un miroir.

Comment le réchauffement climatique et ses conséquences vont-ils influer sur la nature qui nous entoure ?
Voilà sur quoi l’architecte nous invite à méditer…

La-possibilité-d-une-île




LE FILET DE PENSEES
Youngjun KIM, architecte-paysagiste (Corée du Sud)

Je crois que c’est mon préféré…
Du 14e au 19e siècle, les dirigeants de la Corée condamnaient leurs opposants à l’exil. De nombreux artistes et penseurs, ainsi condamnés, ont continué à créer malgré l’isolement et le mal du pays. Leurs oeuvres et leurs écrits, arrivés jusqu’à nous, racontent les joies simples de la pêche comme moment d’introspection et le fort désir d’ailleurs et de liberté.
Le jardin créé par Youngjun KIM se décompose en deux parties :
- la première oblige le visiteur à se faufiler entre deux lourdes parois métalliques extrêmement serrées, représentant la solitude et le confinement de l’exil,
- la seconde le met face à une multitude de cannes à pêches courbées par leur fil tendu vers l’horizon, matérialisant les pensées des exilés.
Au loin, à travers les feuillages, on aperçoit la majestueuse vallée de la Loire, en contrebas du domaine. Sublime.

Le-filet-de-pensées-01
Le-filet-de-pensées-02




AVANTGARDEN
Olga PODOLSKAYA, designer industrielle et intérieur (Russie)
Margarita SYRTSOVA, chargée de mission (Russie)
Olga CHERDANTSEVA, architecte-paysagiste, conservatrice en chef des jardins du Musée Russe de Saint-Pétersbourg (Russie)

Très graphique, ce jardin s’inspire du poème « Le nuage en pantalon » de Vladimir MAÏAKOVSKI (1893-1930) et du travail d’EL LISSITZKY (1890-1941), peintre et architecte de l’avant-garde russe du début du 20e siècle.
Tous deux, par leurs travaux, exaltent le futurisme, la gloire des machines, des villes et de la vitesse.
Et la place de l’Homme et de la nature dans tout ça ?
Les conceptrices nous emmènent dans un jardin rouge et noir (les couleurs fétiches de l’avant-garde russe), où un arbre semble littéralement irrigué de sang au rythme d’un battement de coeur humain.
De troublants feuillages naturellement noirs constellés de fleurs rouges tapissent le sol et évoquent des taches de sang.
C’est incroyable ce qu’on peut signifier rien qu’avec du végétal…

22bis-avantgarden




LA PETITE SERRE
Réalisé par les jardiniers du Domaine de Chaumont-sur-Loire

Cette serre, réalisée par l’Atelier Popelin, est vraiment très très jolie.
Elle abrite un bassin planté d’une collection de Nymphéas tropicaux, hélas pas encore fleuris lors de ma visite.
Mais ce qui m’a intriguée, c’est l’incroyable odeur qui règne dans la serre : poudre de cacao ? Café fraîchement moulu ?
Venait-elle des plantes grimpantes couvertes de fleurs, suspendues aux angles ? Ou des feuillages luxuriants ?
Mystère et boule de gomme.
Quelqu’un saurait-il me dire quelle plante diffuse un tel parfum ?

Serre




LE JARDIN DES VOYELLES
OULIPO – Ouvroir de Littérature POtentielle (France)

Pour les membres du groupe OULIPO (initié en 1960 par Raymond QUENEAU et François LE LIONNAIS), la poésie est constituée de mots, eux-mêmes composés de lettres.
En hommage à BAUDELAIRE et RIMBAUD, qui associent dans leurs poèmes les sons et les couleurs, ce jardin ludique est une poésie où chaque voyelle a été substituée par une fleur d’une couleur.
Au visiteur de déchiffrer le texte à l’aide des indices semés le long du cheminement en bois…

Jardin-des-voyelles-01
Jardin-des-voyelles-03




HORTUS ALLEGORICUS
Marion HAWECKER, architecte et plumassière (France)
Fanny COSTECALDE et Guillaume WITTMANN, architectes (France)
Antoine ESCHLIMANN, architecte-ébéniste (France)
Lucie GARZON, paysagiste (France)

D’entrée de jeu, j’ai adoré l’idée que quelqu’un puisse être « architecte-plumassière » : quel combo fabuleux !
Dans ce jardin, le visiteur explore physiquement l’allégorie de la caverne de PLATON.
Le jardin lui apparait d’abord comme une illusion, où une végétation allégorique faite de plumes colorées ondoie au travers d’un voilage. Puis en contournant ce subterfuge, on découvre le véritable jardin, conçu comme un cloître contemporain.

Hortus-allegoricus-01Hortus-allegoricus-03Hortus-allegoricus-02




LE TEMPLE DE NOS PENSEES
Laura LE GAL, Pauline GOFFIN et Olivia FRAPOLLI, architectes ADE-HMONP (France)

Charmant endroit que celui-ci : le visiteur est invité à y prendre une graine, symbolisant une pensée de son choix.
Le jardin est abrité d’une structure de bois, symbolisant un temple, dans lequel il pourra jeter sa graine.
A la fin du festival, combien de pensées y auront germé ?

Le-temple-de-nos-pensées-01Le-temple-de-nos-pensées-02Le-temple-de-nos-pensées-03




XIXe
El ANATSUI, artiste plasticien (Ghana)

Alors là, la claque.
Cette installation monumentale est présentée dans un des bâtiments qui entourent la cour de ferme (tellement jolie !) du Domaine de Chaumont-sur-Loire.
Tapi dans la pénombre, un gigantesque drapé métallique absorbe et hypnotise les visiteurs. Lorsqu’on s’approche, on s’aperçoit que ce tissu est en fait constitué d’une multitude de pièces métalliques, formées à partir de métaux recyclés (canettes de sodas, conserves, capsules… etc).
J’ai été bluffée par la beauté de cette oeuvre in-situ qui m’a permis de découvrir le travail d’El ANATSUI.
(Bon. J’ai appris depuis qu’il avait reçu en 2015 le Lion d’Or de la Biennale de Venise pour l’ensemble de son oeuvre… #mercilili)

El-Anatsui-01El-Anatsui-02 El-Anatsui-03




HERBARIUM MEMORIAE
Anne et Patrick POIRIER, artistes plasticiens (France)

Pour finir, très belle découverte que le travail d’Anne et Patrick POIRIER.
Leurs photogrammes de végétaux offrent une vision inédite et grand format de pétales, pistils, étamines et feuillages qu’ils écrasent, plient et tatouent.
« Les photogrammes permettent un rendu extrêmement précis de la matière végétale, qui semble devenir une chair, un tissu vivant, un épiderme. (…) C’est une manière pour nous de témoigner de la fragilité de la nature. »
Les couleurs délicates et leur transparences sont absolument magnifiques, sublimées par la rudesse de l’ancien fenil où elles sont exposées.

Anne-Patrick-Poirier




Voilà, c’est tout pour aujourd’hui !
J’espère que ces quelques photos vous donneront envie de découvrir le Domaine de Chaumont-sur-Loire, ses jardins sublimes, son château et sa vue imprenable sur la vallée de la Loire…

A très vite ♥