D’abord, il y a le décor.
Le Musée de la Mine de Saint-Etienne est une ancienne mine à charbon, où le temps s’est figé.
Les machines, énormes et noires, semblent prêtes à redémarrer d’un instant à l’autre et l’esprit des mineurs habite chaque mur.
Tout est resté intact : l’immense vestiaire, surnommé ‘salle des pendus’, où les mineurs suspendaient au plafond leurs vêtements de travail, les salles de douches, les salles de machines, les ascenseurs, les chariots…
Mais depuis 1973, le silence a remplacé les va-et-vient du chevalement. Et les mineurs ont depuis laissé place aux oeuvres d’art.

saint-etienne-a-belle-mineLe chevalement du Puits Couriot – Musée de la Mine – Saint-Etienne – © Florian Kleinefenne – via


C’est dans ce contexte que le duo anglo-néerlandais Glithero a pensé son installation, conçue spécialement pour la biennale de design : Sarah Van Gameren et Tim Simpson ont investi la Salle des Compresseurs et l’Atelier des Locomotives.

Portrait_GlitheroPetr_KrejciGlithero – portrait de Pietr Krejci

Le duo Glithero est fasciné par l’instant où un projet prend vie.
Pour cette installation, ils se sont inspirés du phénomène des feux-follets : ils apparaissent au-dessus des marais, puis disparaissent quand on essaie de les approcher. Dans le folklore de nombreux pays européens, les feux-follets sont sensés apparaître au-dessus d’un trésor enterré ou détournent les voyageurs de leur itinéraire.

C’est cette fugacité qu’ils ont souhaité reproduire ici : parmi les machines encore présentes dans les salles, ils installent des cages sombres dans lesquelles sont emprisonnées des sources lumineuses. Au-dessus, des tubes fluorescents lévitent.
Et entre les deux, des ovales vitrées perdent le regard du visiteur dans leurs reflets…

Studio_Glithero_Luminaries_Crdit_Glithero2Studio_Glithero_Luminaries_Crdit_GlitheroCroquis et maquettes d’étude – Glithero


Pas simple de rendre l’effet de surprise quand, d’un simple pas de côté, l’objet prend vie.
Quand le visiteur se place bien en face des vitrages ovales, le reflet des sources lumineuses dans les boîtes posées au sol coïncide parfaitement avec le tube fluorescent suspendu dans les airs.
Le mieux est de vous montrer ce que ça donne : à gauche, ce que l’on perçoit en pénétrant dans la salle, à droite, la parfaite superposition du reflet avec le tube lumineux en arrière-plan.

04-glithero
03-glithero

Glithero souhaite ainsi nous questionner en nous montrant l’impalpable : « Désirons-nous ce que nous ne pouvons pas toucher, ce qui nous échappe ? Et si l’objet de notre désir n’a plus de substance, plus de contenance, plus de poids, le voulons-nous toujours ? »

Mes photos ne rendent pas justice à la beauté et à la magie de cette installation, si légère parmi les machines imposantes et sombres de la mine.
Le mieux est d’aller découvrir par vous-même cette création au plus vite.
Et vous verrez, vous aussi vous vous surprendrez à faire des « Ooooooh » et des « Waooooow » à chaque pas ;)




Vous souhaitez en voir / savoir plus ?
Voici mes autres articles sur la biennale de design de Saint-Etienne :

- Mon tour d’horizon (très subjectif) des expos que j’ai aimé,
- Zoom sur l’expo  « Tu nais, tuning, tu meurs » au Musée d’Art et d’Industrie,
- Sélection d’objets de designers, connus ou moins connus, étudiants, artisans ou en autoédition.